médicaments Charge virale CD4 Drogues et le SIDA Infection par le VIH Qu'est-ce que CD4

Rebond viral et dépendance chimique

Le rebond viral et la dépendance chimique, un autre enfer auto-générateur! Comment le nombre cd4 de deux personnes pourrait-il vivre de cette façon?
Les consommateurs de drogues injectables et de crack ont ​​atteint le fond de leur puits. Ils ont besoin de notre aide.
La cellule cd4 est celle qui possède les récepteurs CD4. Ils représentent une infime fraction des leucocytes. Si vos globules blancs sont bas, c’est tout ce que vous, les profanes, pouvez savoir: "Vos globules blancs sont bas et menstruent
La cellule cd4 est celle qui possède les récepteurs CD4. Ils représentent une infime fraction des leucocytes. Si vos globules blancs sont bas, c'est tout ce que vous pouvez savoir: «Vos globules blancs sont bas et menstruels! J'ai le SIDA et mes leucocytes sont hauts. N'est-ce pas cool?

Mais le rebond viral peut en réalité être le plus petit et l’un des derniers soucis de l’utilisateur de drogue. Ainsi, l’utilisateur de drogues injectables a tendance à faire remonter l’infection elle-même.

Et même si cela aide inconsciemment, le propagation du VIH, le virus qui peut générer le SIDA Ce que je veux clarifier, avec ce texte, c'est que…

… Quand vous aidez à éviter le rebond viral lors du traitement d'une dépendance chimique

Cependant, les femmes vivant avec le VIH ont moins de chances que les hommes d’obtenir une adhésion optimale au traitement antirétroviral (TAR).

Cependant, ils ont beaucoup de difficulté à maintenir une charge virale indétectable, a noté Adams en arrière-plan.

Par conséquent, les facteurs associés à la récupération virale dans les études précédentes incluent la dépression et d'autres problèmes de santé mentale.

Ainsi, nous avons, initialement:

  1. violence conjugale et
  2. stigmatisation liée au travail du sexe.

Par conséquent, cette analyse incluait des femmes séropositives pour le VIH sous 185 qui prenaient des médicaments ayant participé à l’étude de cohorte prospective ACCESS. Entre 2005 et 2017. Tous ont commencé un traitement antirétroviral et ont obtenu une suppression virale (ARN du VIH inférieur à 50 copies / ml).

De cette façon:

  1. près de la moitié (46%) étaient autochtones.
  2. 25% identifié comme «Minorité sexuelle» e
  3. 5% étaient transgenres.

Les participants ont été interrogés et ont subi des tests de charge virale et de cellules CD4 tous les six mois environ, avec un suivi pouvant aller jusqu'à 11.

Pas “seulement au Brésil”! La thérapie antirétrovirale est fournie gratuitement à toutes les personnes vivant avec le VIH à Vancouver / Canada.

Cependant, je dois vous informer que le traitement antirétroviral est fourni gratuitement à toutes les personnes vivant avec le VIH à Vancouver. Et pour citer un ami du passé, le Brésil n’est pas le «seul sponsor».

Eh bien, vous avez déjà une idée pourquoi "ex-ami". Car celui qui parlait librement de tout désirait ma mort! Alors j'ai décidé de mourir pour lui!

Un peu plus du tiers (34%) des femmes ont présenté un rebond viral, défini comme un ARN du VIH supérieur à 1000 copies / ml. Au moins une fois au cours des années de suivi 11.

Parmi ceux-ci, les deux tiers ont eu un épisode de rebond viral, le quart, deux de ces événements, et 8% a eu trois épisodes ou plus.

Les chercheurs ont découvert que les femmes recevant un traitement continu assisté par un médicament mettaient plus de temps à faire l'expérience d'un rebond viral.

Il est très important de connaître votre état immunitaire!

Ainsi, ils étaient plus susceptibles de maintenir une suppression virale constante.

Comparant que ceux qui n'ont jamais reçu MAT.

Dans les deux groupes, la proportion de ceux ayant connu une récupération virale a augmenté régulièrement au cours des trois premières années.

Et peu après, ils atteignent un plateau dans le décompte de CD4.

Ainsi, parmi celles suivies pendant huit ans ou plus, environ 65% des femmes utilisant un traitement assisté par médicament ont maintenu la suppression virale.

En comparaison. bien sûr, à environ 55% de ceux qui ne reçoivent pas de MAT.

Le profil social de l'UDI est important dans la lutte contre le sida

Au début, il était nécessaire de s’adapter à une grande variété de facteurs:

  1. y compris la race / ethnie,
  2. orientation sexuelle,
  3. niveau d'éducation,
  4. travail,
  5. l'itinérance,
  6. emprisonnement,
  7. travail du sexe,
  8. consommation de drogues injectables,
  9. surdose,
  10. forte consommation d'alcool,
  11. abus sexuel,
  12. violence structurelle.
  13. Présence du VIH
  14. de base la charge virale,
  15. ainsi que CD4 count.

Regardez mieux connaître le sida

Le seul facteur considéré comme protecteur contre la récupération virale a été le traitement contre la toxicomanie assisté par un médicament au cours des six derniers mois. Cependant, les femmes qui recevaient une MAT étaient environ deux fois moins susceptibles de contracter le virus que les autres (taux de risque 0,47).

Par conséquent, ajuster l'adhérence aux antirétroviraux a atténué l'effet du traitement assisté par un médicament, suggérant que la MAT pourrait avoir réduit le risque de rebond viral en augmentant l'observance.

"Cette étude fournit des preuves supplémentaires que la MAT peut améliorer les résultats du traitement du VIH chez les femmes", ont conclu les chercheurs.

"Les efforts visant à améliorer l'accès et la rétention dans les programmes MAT peuvent améliorer les taux de suppression des virus chez les femmes infectées par le VIH qui utilisent des drogues illicites."

Le pionnier brésilien fait de nous les meilleurs exemples de bons résultats

Ils ont recommandé que le traitement de la toxicomanie assistée par médication soit co-localisé dans les services de traitement du VIH, que les services de MAT aient une barrière d'entrée réduite et que les services incluent un conseil et un soutien en matière d'adhérence au TAR.

Vous, La femme qui utilise le crack devrait lire cet article.

La charge virale indétectable ne guérit pas! Et le CD4 count est un indicateur de votre condition immunitaire

Traduit par l'original de Claudio Souza Le traitement de la toxicomanie peut réduire le risque de rebond viral

Liz Highleyman

05 Septembre 2019

Si vous avez besoin de parler et que vous ne pouvez pas me trouver ou Beto Volpe, c'est une option beaucoup plus équilibrée, Beto, vous pouvez également envoyer votre message. Je peux peut-être prendre un peu de temps. Je vérifie les messages à midi, peu après, en fait, à 20h00.
Ça devient de plus en plus difficile pour moi, tout ça, de taper.
Et je finis par avoir besoin d'un intervalle entre un paragraphe et un autre.

Mais soyez sûr d'une chose que j'ai apprise:

Le temps et la patience résolvent à peu près tout!
————————————————————————————–



Intimité Lorsque vous envoyez ce message, il est implicite que vous avez lu et accepté nos politiques de confidentialité et de gestion des données [/ acceptation]

Suggestions de lecture

Salut! Votre opinion compte toujours. vous avez quelque chose à dire? C'est ici! Des questions? Nous pouvons commencer ici!

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Apprenez comment vos données de feedback sont traitées.

Automattic, Wordpress et Soropositivo.Org et moi-même mettons tout en oeuvre pour protéger votre vie privée. Et nous améliorons, améliorons, testons et mettons en œuvre de nouvelles technologies de protection des données. Vos données sont protégées et moi, Claudio Souza, je travaille sur ce blog 18 heures ou jours pour, entre autres choses, assurer la sécurité de vos informations, puisque je connais les implications et les complications des publications passées et échangées. J'accepte la politique de confidentialité de Soropositivo.Org Connaître notre politique de confidentialité

Besoin de discuter? J'essaie d'être ici à l'heure que j'ai montrée. Si je ne réponds pas, c'est parce que je ne pouvais pas le faire. Une chose dont vous pouvez être sûr. Je finis toujours par répondre
%d Les blogueurs comme ceci: