La fenêtre immunitaire, une conversation triste avec Anonymous