coinfection Dilsipidemia et le sida Maladies infectieuses VHC hépatite L'hépatite C L'hépatite virale

Les statines réduisent le risque de progression vers la cirrhose chez les personnes co-infectées par le VIH / VHC

Le traitement par les statines diminue le risque de progression vers la cirrhose du foie chez les personnes co-infectées par le VIH et le virus de l'hépatite C (VHC), ont annoncé les chercheurs. SIDA dans lefigado2 États-Unis L'effet protecteur des statines était plus évident chez les patients présentant une fonction hépatique normale; l'augmentation de 30% de la quantité de statines utilisée réduisait le risque de cirrhose d'environ un tiers. La recherche a également montré que plusieurs autres facteurs de risque métaboliques étaient associés à la progression de la cirrhose, en particulier chez les patients présentant une insuffisance hépatique.

"A notre connaissance, il s'agit de la plus grande étude menée auprès de patients co-infectés par le VIH et le VHC afin d'examiner l'effet du traitement par les statines sur le développement de la cirrhose", ont commenté les auteurs. "Nous avons montré que l'utilisation de statines chez des patients co-infectés par le VIH / VHC et une fonction hépatique normale réduisaient le risque de cirrhose, en particulier chez les patients < 40 UI / L. Parmi les patients avec Alt> 40 UI / L, les facteurs de risque métaboliques, notamment un taux bas de HDL et le diabète, étaient significativement associés au développement de la cirrhose. "

Environ un cinquième de tous les patients VIH sont co-infectés par le VHC. La maladie du foie est une cause majeure de maladie grave et de décès chez les patients atteints du SIDA, en plus de TB (ouvre dans un autre onglet du navigateur).

système immunitaire-1132182Les statines ont un effet anti-inflammatoire. Des chercheurs du département des Anciens Combattants des États-Unis ont mené une étude rétrospective pour déterminer si le traitement aux statines réduirait le risque de progression vers la cirrhose chez les patients co-infectés. Leur analyse a également porté sur l’effet d’autres troubles métaboliques et de facteurs de risque liés au VIH sur la développement d'une maladie du foie (ouvre également dans un autre onglet).

Environ 6000 patients co-infectés qui ont pris en charge leur patient entre les années 1999 et 2010 ont été inclus dans l’étude. En outre, des données sur les facteurs de risque métaboliques, notamment l'obésité, le diabète, l'hypertension et de faibles niveaux de cholestérol HDL ont été recueillies pour l'utilisation de statines.

Des informations sur l'âge au moment du diagnostic d'infection par le VIH, l'utilisation du traitement antirétroviral, le nombre de CD4 et le pourcentage de temps avec une charge virale indétectable ont également été obtenues.

Les patients ont été stratifiés en fonction de leur fonction hépatique (ALT supérieure / inférieure à 40 UI / L).

Presque tous les participants (99%) étaient des hommes et les deux tiers étaient des Noirs et l'âge moyen au moment du diagnostic de l'infection par le VIH était de 45. La durée moyenne du suivi par 10 était de plusieurs années 6,2 et à la fin du suivi, les patients sous 2,265 étaient atteints de cirrhose, ce qui correspond à une incidence de 6 par année-personne.

atorvastatine
L'image est juste pour illustrer. Ne pas acheter ce médicament sans avis médical. Ce site n'a rien reçu pour exposer cela. Ce qui vient d'être une injustice

La plupart des patients (83%) ont reçu un traitement antirétroviral et 53% ont présenté un nombre de cellules CD4 égal ou supérieur à 350 / mm3. Les personnes qui développaient une cirrhose formaient un groupe significativement plus petit que celles qui restaient indemnes de cirrhose parce qu'elles recevaient un traitement antirétroviral (80% par rapport à 86%) et présentaient une numération CD4 de cellules 350 / mm3 ou plus élevée (49% par rapport à 59%). ). Les patients atteints de cirrhose avaient également significativement moins de temps avec la suppression de la charge virale que les patients sans cirrhose (20% versus 29%).

Les facteurs de risque métaboliques étaient très répandus. Plus de 50% de la cohorte souffrait d'hypertension ou d'un faible cholestérol HDL et 16% étaient diabétiques. Certains ont reçu un traitement aux statines, le traitement étant prescrit pour 13% et 21% des patients avec et sans cirrhose, respectivement. Chez les patients avec ALT < 40 UI / L, chaque 1% d'utilisation de statines était associé à une diminution du risque de développer une cirrhose (aHR = 0,98; 95% CI, 0.97-0.99). Pour chaque 30% du temps de prise de statines au cours de la période de suivi, les participants à la cohorte atteints d’ALT < 40 UI / L présentait une réduction de 32% du risque de cirrhose.

Chez les patients présentant des valeurs élevées d'ALAT, le traitement par statines n'a pas significativement réduit le risque de progression vers la cirrhose. Chez les patients présentant un taux d'ALAT supérieur à 40 UI / L, les facteurs de risque de survenue d'une cirrhose comprenaient le diabète (aHR = 1.15, IC 95%, 1,01-1,31) et un taux bas de cholestérol HDL (aHR = 1,3; 95% 1,2- 1.44). L'hypertension était associée à une augmentation non significative de la progression de la cirrhose dans les deux groupes ALT. L'obésité était un facteur de protection contre le développement de la cirrhose chez les patients présentant un taux d'ALAT élevé (aHR = 0,85, IC 95%, 0,76-0,95).

Patients de plus de 50 ans présentant un taux d'ALT < Le risque de développer une cirrhose était multiplié par deux par 40 UI / L (aHR = 2,5; 95% IC, 1.54-1.8). Les co-morbidités accrues étaient également un facteur de risque de progression de la cirrhose chez les patients présentant une fonction hépatique normale (aHR = 3,25; 95% IC 2,3-4,5); la consommation d’alcool était associée à la progression de valeurs ALT supérieures (aHR = 1.15, IC 95%, 1,04-1,26). Une numération de CD4 inférieure à 200 / mm3 était associée à une progression de la cirrhose, quelle que soit la fonction hépatique, augmentant le risque de progression deux fois. Les patients dont la charge virale était indétectable pendant au moins 80% du temps ont réduit de manière significative le risque de progression vers la cirrhose (aHR = 0,72 pour les deux groupes ALT).

Les auteurs sont reconnaissants des nombreuses limites de leurs recherches, notamment la conception rétrospective et l’immense population masculine, ce qui signifie que leurs résultats pourraient ne pas s’appliquer à des groupes de patients plus diversifiés.

"Cette étude a démontré que l'utilisation de statines dans le traitement du VIH / VHC dans la population co-infectée avec un dysfonctionnement hépatique minimal était associée à un risque réduit de progression vers une maladie hépatique avancée, ont conclu les chercheurs. "L'utilisation de statines peut être un facteur rentable important dans le traitement des patients co-infectés par le VIH / VHC."

Michael Carter

Publié: 06 Septembre 2016

Traduit par Cláudio Souza l'original personnes Statins réduire le risque de progression vers la cirrhose du VIH / VHC co-infectés en 06 Septembre 2016

révisée par Mara Macedo (Celui) dans sept Septembre 2016

Référence

Oliver NT et al. Les statines diminuent la progression vers la cirrhose dans le VIH / VHC co-infectés par les personnes. SIDA, doi: 10.1097 / QAD.0000000000001219 (2016).

Si vous avez besoin de parler et que vous ne pouvez pas me trouver ou Beto Volpe, c'est une option beaucoup plus équilibrée, Beto, vous pouvez également envoyer votre message. Je peux peut-être prendre un peu de temps. Je vérifie les messages à midi, peu après, en fait, à 20h00.
Ça devient de plus en plus difficile pour moi, tout ça, de taper.
Et je finis par avoir besoin d'un intervalle entre un paragraphe et un autre.

Mais soyez sûr d'une chose que j'ai apprise:

Le temps et la patience résolvent à peu près tout!
————————————————————————————–



Intimité Lorsque vous envoyez ce message, il est implicite que vous avez lu et accepté nos politiques de confidentialité et de gestion des données [/ acceptation]

Suggestions de lecture

4 Il semble qu'un débat commence à avoir lieu ici! Participer

Luis 14 septembre 2016 à 06 h 17 min 21 s

Qu'en est-il des personnes co-infectées par le VIH et l'hépatite B. L'utilisation de ce médicament bénéficie le foie aussi?

Et ici nous avons cette réponse
Claudio Souza 14 septembre 2016 à 16 h 17 min 13 s

Je ne pouvais pas répondre à cette question. Ceci est un maintien que j'ai trouvé sur un site Web et de traduire avec tout fideliladae et aussi loin que je me rappelle, malheureusement, pas trataou dans l'article de l'hépatite B.
Je suis désolé que vous ne pouvez pas résoudre votre question

Et ici nous avons cette réponse
Fernanda 10 septembre 2016 à 16 h 10 min 16 s

Je suis séropositive et je me demande s'il y a déjà un remède

Et ici nous avons cette réponse
Claudio Souza 11 septembre 2016 à 23 h 49 min 17 s

Malheureusement Fernanda. Mais l'espérance de vie pour les personnes vivant avec le VIH est 70 ans. Je vis avec le VIH depuis près de 22 ans

Et ici nous avons cette réponse

Salut! Votre opinion compte toujours. vous avez quelque chose à dire? C'est ici! Des questions? Nous pouvons commencer ici!

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Apprenez comment vos données de feedback sont traitées.

Automattic, Wordpress et Soropositivo.Org et moi-même mettons tout en oeuvre pour protéger votre vie privée. Et nous améliorons, améliorons, testons et mettons en œuvre de nouvelles technologies de protection des données. Vos données sont protégées et moi, Claudio Souza, je travaille sur ce blog 18 heures ou jours pour, entre autres choses, assurer la sécurité de vos informations, puisque je connais les implications et les complications des publications passées et échangées. J'accepte la politique de confidentialité de Soropositivo.Org Connaître notre politique de confidentialité

WhatsApp WhatsApp nous
%d Les blogueurs comme ceci: