Ce que l'on fait ne suffit pas à fournir un accès universel au traitement pour les personnes vivant avec le VIH, affirment les défenseurs.

Vous êtes en Initiation => CD4 - L'important commandant en chef du système immunitaire => Ce que l'on fait ne suffit pas à fournir un accès universel au traitement pour les personnes vivant avec le VIH, affirment les défenseurs.

Une coalition internationale de plaidoyer pour le traitement du sida, des fournisseurs et des cliniques de personnes vivant avec le VIH a publié une analyse montrant que moins de 1 sur 10 personnes vivant avec le VIH vivent dans des pays offrant un traitement antirétroviral, quel que soit le nombre de CD4 , contrairement aux directives de traitement internationales. Les activistes ont insisté sur la nécessité de disposer de fonds supplémentaires pour formuler des recommandations visant à concrétiser l’idée utopique du traitement universel universel.

Avant la Journée mondiale du sida sur 1 en décembre, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié la version finalisée de son Directives consolidées sur l'utilisation des antirétroviraux pour le traitement et la prévention de l'infection par le VIH. Qui avait été précédemment publié dans un version préliminaire en septembre de 2015.

Les lignes directrices recommandent un traitement antirétroviral pour toutes les personnes séropositives, indépendamment du nombre de lymphocytes T CD4 ou des symptômes cliniques, et recommandent une prophylaxie pré-exposition (PrEP) pour les personnes présentant un risque d'infection élevé. Les recommandations ont été influencées par un nombre croissant de preuves, y compris les conclusions d’importantes études telles que DÉMARREZ e HPTN 052, montrant que l'initiation du traitement peu après le diagnostic réduit considérablement le risque de progression de la maladie et de décès ainsi que la réduction de la transmission du VIH.

Les directives du ministère de la Santé et des Services sociaux ont commencé à recommander le traitement de toutes les personnes diagnostiquées séropositives pour le VIH sous 2012. Le tableau clinique de l'European AIDS Society (EACS) publié pour le traitement universel des "lignes directrices" lors de sa récente conférence à Barcelone, afin de présenter des lignes directrices nationales générales dans les pays à revenu élevé et les lignes directrices mondiales de l'OMS sous accord par première fois depuis 2006..

Mais cet accord n’est pas encore appliqué, selon un rapport -Vers un traitement sur demande pour tous - préparé et approuvé par le Forum sur la santé et une coalition mondiale de partenaires comprenant l'Association internationale des personnes atteintes du sida, la Communauté internationale des femmes vivant avec le VIH, Pangaea, la Campagne d'action pour le traitement et les organisations régionales en Afrique, Asie et Amérique latine et les Caraïbes.

Le rapport, publié dans 30 en novembre, montre que seulement 9% des personnes vivant avec le VIH vivent dans des pays qui offrent un traitement à tous immédiatement après le diagnostic. Ceux qui ne sont pas souvent renvoyés chez eux après avoir reçu un diagnostic de VIH parce que leur nombre de CD4 est encore trop élevé pour pouvoir rentrer chez eux une fois suffisamment malades pour pouvoir bénéficier d'un traitement.

"La réalité indéniable est que la plupart des personnes séropositives pour le VIH se voient refuser des traitements et se voient demander de revenir lorsqu'elles sont malades. A déclaré le directeur exécutif Asia Différences Santé. "Mais dans de nombreux pays riches, les personnes vivant avec le VIH peuvent accéder aux traitements, quel que soit le stade de la maladie. Ce modèle en deux et deux étapes a un effet mortel "

Selon l'ONUSIDA, sur 15,8, environ 1 million de 36,9 sur le nombre de personnes vivant avec le VIH dans le monde ont accès à un traitement antirétroviral, ce qui laisse environ un million de 2015 admissibles, mais non traités.

Les treize pays qui offrent un traitement immédiat à la demande "à toutes les personnes séropositives sont tous des pays à revenu élevé ou plus élevé que les pays à revenu intermédiaire qui ne représentent ensemble que 4,4% du fardeau mondial de la mortalité par sida, indique le rapport. Le revenu annuel moyen par habitant dans ces pays est de 29,388 13 $, contre seulement 9,003 $ dans les pays 20 représentant environ 80% de la charge totale de morbidité liée au VIH.

Parmi les pays 114 ayant publié des lignes directrices pour le traitement du VIH, 55 est "gravement non conforme"Selon le rapport, le début du traitement avec une limite inférieure à celle qui avait été suivie par les directives précédentes dans lesquelles le traitement avait été démarré avec un niveau de cellules 500 / mm3. Certains ne sont pas appelés pour TARV jusqu'à ce qu'une personne du nombre de CD4 tombe en dessous de 350 ou même de cellules 200 / mm3, indiquant que le système immunitaire a déjà subi de graves dommages avec un risque élevé de maladies opportunistes et des conséquences imprévisibles ...

"Les retards dans l'exécution des tests et des traitements se traduisent par des millions de décès évitables et de nouvelles infections par le VIH", a déclaré José Zuniga, président de l'Association internationale des soignants pour le sida. «Et même si les chiffres sont renversants, chaque décès représente une tragédie inutile qui a des effets dévastateurs sur les individus, les familles et les communautés. Nous avons l'obligation morale de veiller à ce que tout le monde puisse avoir accès aux soins de pointe contre le VIH, quel que soit leur lieu de naissance ou de vie. "

Le rapport examine les développements qui conduiront tous les pays à adopter des politiques permettant à toutes les personnes vivant avec le VIH d'avoir accès au traitement à la demande et au traitement d'appels et aux pays donateurs de s'engager à fournir le financement nécessaire avant la réunion à haut niveau des Nations Unies. sur le sida en juin de 2016. Ils ont souligné que les pays devraient utiliser les flexibilités prévues dans les règles de propriété intellectuelle pour faire en sorte que les médicaments anti-VIH soient disponibles sous forme de présentations génériques et accessibles, et ajouter que les pays doivent prendre en compte les droits de l'homme contre les obstacles à un élargissement de l'accès aux soins pour les personnes séropositives, y compris la fin de la criminalisation du VIH, de la stigmatisation, de la discrimination et de la sélectivité dans le domaine des ressources humaines en entreprise, où un résultat réactif élimine généralement le candidat, quel que soit son niveau de qualification.

Les défenseurs ont ajouté leur engagement à explorer les pays donateurs et à les mettre en œuvre de manière responsable lors de la XXIe Conférence internationale sur le sida qui s'est tenue à Durban en juillet.

"Nous avons bon espoir de vérifier la réalité de la riposte mondiale au sida", a déclaré Anele Yawa, secrétaire générale de l'Afrique du Sud dans le cadre de la campagne d'action pour le traitement. "Peu importe combien de personnes parlent d'une" solution finale au SIDA ", tant qu'il n'y aura pas de volonté politique pour corriger les systèmes de santé et augmenter les investissements, la" fin du SIDA "restera une chimère et les personnes sur le terrain continueront souffrir. "

Une autre organisation de défense des droits de l’homme, une campagne, a également publié un rapport sur la Journée mondiale du sida, mettant en garde contre un déficit annuel estimé à un milliard de dollars XN, correspondant au montant nécessaire pour enrayer l’épidémie. Les dépenses mondiales actuelles consacrées au VIH / sida étaient estimées à 12 milliards de dollars, mais devraient atteindre les milliards de dollars 20 pour «doubler la courbe de la maladie jusqu’à la fin de l’épidémie».

Il a également attiré l'attention sur un certain nombre de défis sociaux, économiques et juridiques dans de nombreux pays qui rendent les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les transgenres et les adolescents, les femmes et les filles plus susceptibles d'être contaminés par le VIH et moins susceptibles de l'être. demander un traitement et des tests.

"Les progrès que nous avons réalisés contre le VIH / SIDA sont si puissants qu'il est facile de se laisser tromper par un faux sentiment de sécurité quant à l'ampleur de la lutte qui se déroule devant nous", a déclaré Erin Hohlfelder, directeur de la politique de santé mondiale. "Le monde vit avec un budget toujours inférieur de près de 12 milliards de dollars par an d ce qui sera nécessaire pour mettre fin à cette maladie. Les dollars, les euros, les livres sterling, le naira et le yen ne poussent pas dans les arbres. En cette journée mondiale du sida, avec la trajectoire de l'épidémie et des millions de vies humaines en jeu, nous avons besoin de gouvernements, d'entreprises et d'actions philanthropiques pour renforcer et fournir les ressources nécessaires pour lutter contre le sida. "

illustration de dessin animé arlequinLa note de l'éditeur de Soropositivo.Org, nommant des bœufs, des personnes d'une moralité douteuse et de comportements ambigus comme Feliciano et Bolsonaro, a contribué à la promotion d'un revers incommensurable (j'aurais un nom mais les enfants liraient ce site), empêchant l'éducation sexospécifique, interférant dans le travail du Catholiques pour le droit de décider (dans ce cas, l'organisation (...) qui porte le nom de CNBB et plusieurs parlementaires, qui, maintenant, pour défendre leur grand maître, la Maison Arlequin, ont l'intention d'établir le chaos dans le pays pour mener à bien leurs tentatives, en utilisant une masse de manoeuvre que je déplore dans son ignorance et son aveuglement en donnant cours, force, vote et énergie à ces exclus, provoquant un recul de l'épidémie de VIH / SIDA au Brésil où, chaque année, des personnes 11.000 meurent du sida ce qui donne, disons, une toutes les huit heures et quinze minutes environ.

Ils précisent pour une fin dans l'agitation là-bas.

Et nous .... Ici

Lire un texte de Richard Parker

catégorie: Traitement du VIH

Publié le mardi, 01 2015 Décembre 00: 00

Écrit par Liz Highleyman

Traduit par l'original de Claudio Souza Pas assez est fait pour fournir un accès universel au traitement du VIH, disent les avocats. Commenté par Mara Macedo

Circuit/Extreme Abs

Sources

Différences de santé et de partenaires. Pour un traitement à la demande pour tous. Décembre de 2015.

Différences de santé et de partenaires. Moins de 1 sur dix personnes vivant avec le VIH vit dans un pays après le traitement du VIH Le communiqué de presse est accessible via ce. Novembre 30 2015.

Une campagne Un nouveau rapport tire la sonnette d'alarme quant à la complaisance du gouvernement dans la lutte mondiale contre le VIH / sida. Le communiqué de presse est accessible via ce. Décembre 1 2015.

Images similaires

Commenter et socialiser. La vie est meilleure avec des amis!

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Apprenez comment vos données de feedback sont traitées.

Ce site utilise des cookies et vous pouvez refuser cette utilisation. Mais vous savez peut-être ce qui est enregistré conformément à notre politique de confidentialité