La criminalisation du VIH - Une brève histoire dans une petite ville

La criminalisation du VIH - Une brève histoire dans une petite ville

Prison

Séropositif rédacteur en chef de la note du site Web: Bien qu'il puisse sembler que nous pointons à la cour des autres, criminalisation du VIH (Mauvais terme, car elle criminalise la personne séropositive est dans votre droit à la vie privée) est le thème ici, au Brésil, où les courants de l'extrême droite ou la discrimination religieuse extrême, qui aspirent à la lutte et, couloirs plus Congrès sombre, en essayant de soudoyer quelqu'un pour obtenir une sorte de génocide moral.

En matière de cartographie de l'épidémie de VIH / sida aux États-Unis, l'Iowa n'est probablement pas le premier État auquel on pense. À 2010, avec seulement les cas diagnostiqués, l'Iowa affichait l'un des taux de prévalence par habitant les plus bas. Seulement 1.722 par personne 68 dans le pays. Cependant, au cours des dernières années, l’État dont la devise était de «prendre» en charge et de «préserver» les libertés et les droits de ses citoyens est devenu un improbable épicentre de l’activisme lié au VIH et à un problème fondamental: la criminalisation des personnes en vie. avec le VIH.

La criminalisation du VIH n'a rien de nouveau, bien sûr. Depuis 1980, sur 30 États ont adopté des lois pour punir les gens qui ne divulguent pas leur séropositivité avant d'avoir des relations sexuelles, le partage de seringues par voie intraveineuse, ou le don de sang ou d'organes. Dans certains cas, les gens ont même été poursuivis pour avoir craché sur les autres, même si les experts disent que la salive ne peut pas transmettre le VIH.

L'année dernière, une enquête menée par Pro-Publica, un site de journalisme d'investigation à but non lucratif, a constaté que les procureurs des Etats 19 remporté condamnations ou plaidoyers de culpabilité dans au moins 541 cas d'exposition au VIH depuis 2003. Les avocats ont critiqué ces lois en disant qu'ils mettent injustement VIH aux poursuites et à plus grave et sapent les objectifs de santé publique punitions pour stigmatiser davantage le virus.

Alors que d'autres Etats, comme la Géorgie, l'Ohio et le Missouri sont agressifs dans ces cas, l'augmentation de l'Iowa comme un champ de bataille sur la criminalisation du VIH est due, en grande partie, par le cas de Nick Rhoades, un homme séropositif de l'Iowa qui a été arrêté en 2008, après un one-night stand. Coupable de la taxe dite «criminel transmission du VIH» est déclaré, même si il était pas détectable, utilisé des préservatifs et ne pas transmettre le virus. Toutefois, un juge a ordonné la peine maximale était les années 25 dans la prison d'état. Par conséquent, la peine plus sévère appelé l'attention de l'affaire Rhoades.

Strub, lui-même originaire de l'Iowa, est actuellement directeur exécutif à temps plein du Sero Project, une organisation à but non lucratif qui lutte contre la stigmatisation et la discrimination en mettant l'accent sur la criminalisation du VIH. Il a rapidement présenté Rhoades aux avocats qui, à la longue, ont formé un certain nombre d'appels et attiré l'attention à travers le pays. Mais les cas dans l'Iowa s'accumulaient toujours, d'abord avec Rhoades, puis avec Donald Bogardus, un autre homme séropositif de l'Iowa, qui avait été arrêté sous le même chef d'accusation, cette fois sous 2009. C'est alors que Tami Haught, un ami commun et un activiste local, s'est impliqué.

Haught, qui a reçu un diagnostic de VIH sous 1993, défend les droits des personnes vivant avec le VIH depuis qu'elle a aidé à lancer des défenseurs communautaires du VIH et de l'hépatite dans l'Iowa (actuellement) sur 2005 après l'arrestation de Bogardus Rhoades. Haught est devenu une figure clé du mouvement local pour mettre fin à cette criminalisation.

À 2013, avec le sénateur Matt McCoy; son conseil législatif, Christian Zenti; et Cathy Engel, chercheuse démocrate dans le système judiciaire au sein du comité du Sénat, CADEIA a plaidé en faveur d'un projet de loi visant à "moderniser" la loi sur la transmission criminelle du virus de l'immunodéficience humaine. La nouvelle loi, connue sous le nom de 2297 Senate Archives, a proposé une structure de phrases en couches qui englobe les criminels, entend exposer leurs partenaires au VIH et si leurs partenaires contractent le virus; la loi prévoyait également un "refuge" pour les personnes qui utilisent des préservatifs et suivent le plan de traitement d'un médecin, et ont éliminé l'exigence, qui fait partie de l'ancienne loi, que les coupables soient enregistrés comme délinquants sexuels. Cette dernière disposition était rétroactive, ce qui signifiait que les personnes condamnées en vertu de l'ancienne loi, telles que Rhoades et Bogardus, ne seraient plus considérées comme des délinquants sexuels.

«À mes débuts, je pensais que je faisais parce que je savais Nick, et Donald, et je voulais les aider," dit Haught. Mais, il se trouve que, la cause était plus personnel que même elle a réalisé.

En peu de temps après 1994 marié Haught, son mari a été hospitalisé après une dépression nerveuse. "Après avoir été libéré de l'hôpital, il avait peur que ma famille me convaincre de renoncer plainte contre lui depuis qu'il a contracté le VIH à partir de lui," dit-elle. "Donc, il était la peur de cette loi qui lui a causé d'avoir une dépression nerveuse."

Ce ne fut que lors de la visite d'un ami l'année dernière dans le même hôpital, deux décennies plus tard, il y avait une connexion. «Je marchais dans le couloir et il fut alors qu'il réalise vraiment comment il était personnelle pour moi», dit Haught.

Dépoussiérage traces de doigts sur blanc

Alors que SF 2297 avait le soutien des avocats locaux et le ministère de la Santé publique de l'Iowa. Plusieurs promoteurs du comté se sont opposés au projet de loi, en faisant valoir qu'il serait presque impossible de prouver si le défendeur a l'intention de transmettre le virus. groupes de défense nationaux ont exprimé des préoccupations aussi bien. Lambda Legal, qui représentait Rhoades comme son appel, il a travaillé sur le chemin de l'état de la Cour suprême, a critiqué la disposition de la nouvelle loi exige essentiellement les personnes vivant avec le VIH utilisent un préservatif, même si elles sont dans le traitement et indétectable. Et la politique du Centre droit et le VIH, qui milite aussi contre la criminalisation du VIH, opposé au projet de loi pour la création de nouvelles infractions pénales pour exposer intentionnellement les personnes atteintes d'autres maladies telles que la tuberculose, l'hépatite et la méningococcie .

Mais ces critiques ne rendent pas le projet de loi irréalisable. En mai de cette année, après des mois de réunions avec les législateurs et quelques heures avant la session du Congrès, les auteurs du projet de loi ont remporté une victoire de dernière minute lorsque les législateurs ont approuvé à l'unanimité SF 2297. Un mois plus tard, lors d'une cérémonie de signature à l'Iowa State Capitol, le gouverneur Terry Branstad a signé la facture et posé pour des photos avec Rhoades et Bogardus.

Graphiques pour une campagne médiatique bientôt sur la criminalisation du VIH

En même temps, le projet Sero avait été occupé aborder les projets d'organisation du VIH, une première rencontre nationale sur le thème de la criminalisation du VIH. La réunion de quatre jours, qui a eu lieu à Grinnell College à Grinnell, Iowa, quelques jours après Branstad a signé le 2297 SF en droit qui a attiré plus de 170 personnes 27 États à présenter sur la criminalisation, le réseau et élaborer des plans d'action pour les efforts de plaidoyer dans leurs pays d'origine. Dans un événement surprise, McCoy, le sénateur qui a aidé à parrainer la nouvelle loi de l'Iowa, a montré à la réception avec une paire de pinces pour enlever Rhoades et bracelets de cheville Bogardus, qui ont été forcés à porter sous l'ancienne loi de l'Etat.

"Je pense que tout le monde est retourné à leur tension, prêt à aller aux Etats, pour construire le réseau dans leur communauté», dit Haught. «Ils sont venus avec un plan. Ils ont laissé savoir que le changement était arrivé et que chaque personne peut faire une différence, il vous suffit de commencer à faire cela. "

Deux semaines plus tard, la Cour suprême de l'État a livré plus de bonnes nouvelles. Dans une décision de 6 à 1, la plus haute juridiction dans l'État voté pour renverser la condamnation de Rhoades parce que les procureurs avaient pas fait la preuve d'une « base factuelle » pour la fondation, même si la transmission était probable et la charge virale qui a eu lieu déterminé indétectable Rhoades.

Scott Schoettes, qui représentait Rhoades pendant les appels et sert en tant que directeur national du projet VIH de Lambda Legal, dit que la décision de l'Iowa pourrait aider à changer le paysage juridique dans d'autres pays, car il est le premier à dire que la transmission doit être «raisonnable», non seulement théoriquement possible.

Mais Rhoades est pas encore hors de danger. Son cas a été reporté à une juridiction inférieure, où les procureurs peuvent essayer de prendre Rhoades à un procès, négocier un moyen nouveau ou rejeter les allégations. Tom Ferguson, Black Hawk procureur du comté, a déclaré que son bureau envisage de faire. Pour les autres personnes de l'Iowa condamnés en vertu de l'ancienne loi les dossiers judiciaires montrent qu'il y avait plus de 20 convictions en l'état car elle a été adoptée en 1998, avocats travaillent à rétablir leurs droits en vertu de la nouvelle loi.

"Heureusement, chaque Iowan (personne de l'Iowa) qui a été accusé par 709C a déjà été retiré du registre des délinquants sexuels", dit Haught. "Il y a deux autres personnes qui sont toujours en prison sur la seule base de l'ancien statut, le 709C, et nous essayons de les aider à sortir de prison, ou au moins à avoir une commission des libérations conditionnelles."

Quant à Bogardus, il aura toujours une condamnation pénale inscrite à son dossier. La tenue de registres des délinquants sexuels par l'État lui a permis de reprendre sa carrière dans 23 en tant qu'assistante infirmière agréée.

Depuis la conférence, les autorités fédérales ont également pesé. En Juillet, le département américain de la Justice a publié de nouvelles lignes directrices priant instamment les États «à éliminer les sanctions pénales spécifiques au VIH," sauf dans les cas d'agression sexuelle ou de l'intention claire de transmettre le virus. En outre, au cours de 20 e Conférence internationale sur le sida à Melbourne, l'ambassadeur américain en Australie John Berry état de l'existence de lois d'exposition au VIH.

"Les États-Unis ont encore des lois qui criminalisent la séropositivité, nous nous efforçons de faire mieux et de corriger nos erreurs», dit Berry. «Nous croyons que les actions de politique publique plus productive que nous pouvons faire est de supprimer les lois criminalisant les livres obsolètes."

Graphiques pour une campagne médiatique bientôt sur la criminalisation du VIH

Le projet Sero a fait l’éloge des déclarations de Berry. "La déclaration sans équivoque de l'ambassadeur selon laquelle la criminalisation du VIH est une injustice et un obstacle fondamental à la fin de l'épidémie est d'une importance capitale", a déclaré le groupe. "Réformer la criminalisation du VIH est en train de devenir un test ardent pour les droits de l'homme dans le monde entier, et nous espérons que de nouveaux progrès seront réalisés dans les mois et les années à venir"

Des avocats comme Strub et Haught tentent de faire du progrès une réalité. Ils ont commencé à préparer le terrain pour une conférence de suivi l'année prochaine et Haught est devenu un coordinateur avec des défenseurs d'autres états, offrant des conseils et utilisant l'histoire de l'Iowa comme cadre de campagnes anti-criminalisation d'autres juridictions.

"Il reste encore beaucoup de travail à faire et beaucoup plus de personnes doivent être responsabilisées et touchées", a déclaré Haught. "Le seul moyen de mettre fin à l'épidémie est de donner aux personnes vivant avec le VIH les moyens de se battre pour nos droits, de se défendre, d'éduquer et de ne pas avoir honte."

Recherche: Le VIH est pas un crime, projet Sero, Sean Strub, Grinnell College, Iowa, Nick Rhoades, Donald Bogardus, sida 2014

La criminalisation du VIH - Une brève histoire dans une petite ville.

Traduction: Karin Gobitta-Földes

http://twitter.com/traducaorevisao

Oui, c'est la photo de moi! Ma nièce m'a demandé de mettre cette photo sur mon profil! .... J'avais ici une description de moi qu'une personne a qualifiée de "irrévérencieuse". C'est vraiment une manière euphémique de classer ce qui était ici. Tout ce que je sais est qu'une « ONG », qui occupe un bâtiment de l'histoire 10 a conclu un partenariat avec moi, et je les journaux de l'époque de partenariat, ce qui était un autre vampirisme parce que pour chaque peuple 150 qui sortent de mon site, en cliquant dessus, il y en a eu en moyenne un qui est entré. Quand j'ai entré et entré

Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Apprenez comment vos données de feedback sont traitées.